Vaccins Covid : quelles formalités pour voyager ?

Les industries dépendantes des voyages craignent que les frontières mondiales ne rouvrent qu’à la fin de la pandémie de Covid-19. Pourtant, il existe des solutions pour autoriser les voyages avant cette échéance et sans risque sanitaire. Aujourd’hui, les tests rapides se mettent en place dans les aéroports. Demain, les vaccins devront s’accompagner de formalités efficaces et sûres pour voyager.
passeport-vaccin-covid.jpg
Mise à jour le : 03/11/2020
Si la pandémie de Coronavirus ne se termine que fin 2021, comme l’estime l’OMS, de nombreux pays du monde pourraient encore attendre un an avant de rouvrir leurs frontières. Un tel délai plongerait les secteurs liés aux voyages dans une situation économique désastreuse. Mais l’instauration de formalités internationales accompagnant les vaccins pourrait leur faire gagner de précieux mois.

Les scientifiques estiment un déploiement de vaccins contre le Coronavirus d’ici le printemps ou l’été 2021. Cependant, les vaccinations seront progressives, et ce n’est pas parce qu’une partie de la population mondiale sera vaccinée que de nombreux pays rouvriront entièrement leurs frontières. D’ici la fin de la pandémie, il est possible que plusieurs destinations rouvrent leurs portes à la condition de prouver une vaccination contre le Coronavirus. Il est donc nécessaire d’anticiper une reconnaissance internationale du support de vaccination, afin d’autoriser les personnes vaccinées à voyager avant la disparition du virus. D’autant plus si plusieurs vaccins sont reconnus par des pays différents…

Comment prouver les vaccinations pour voyager ?

La vaccination doit-elle être accompagnée de la délivrance d’un « carnet de déplacement Covid » ? Une application mobile doit-elle être utilisée ? Une vignette ou un tampon officiel sur un carnet de vaccination, plus universel, peut-il être suffisant ?

Le plus simple serait d’utiliser la réglementation en vigueur concernant la fièvre jaune, pour laquelle 194 pays, signataires du Règlement sanitaire international en 2005, reconnaissent le Certificat international de vaccination de l'OMS. Il s’agit du fameux carnet jaune unique, que plusieurs pays d'Afrique exigent lors de la demande de visa ou à l’entrée sur leur territoire. Ces certificats sont délivrés pour des vaccins approuvés par l’OMS, dans des centres agréés par chaque État.

Dans les discussions récentes, l'OMS a également évoqué une alternative : un carnet de vaccination numérique, qui fonctionnerait avec un code QR sur les téléphones. Mais rien n’a encore été décidé.

Les tests rapides enfin reconnus

Un des problèmes survenus pendant cette crise, on l’a vu, est la lenteur des décisions à grande échelle. Plus de six mois après les premiers appels de professionnels du tourisme à instaurer des tests rapides avant le départ dans les aéroports, l’Union européenne devrait enfin les reconnaître pour voyager.

Ces tests antigéniques, réalisés en double si besoin pour augmenter leur fiabilité, peuvent être couplés à une assurance prenant en charge les conséquences d’un refus d’embarquement pour test positif. D’autres pays du monde pourront ensuite reconnaître par réciprocité ces tests rapides, qui évitent les délais des tests PCR, et qui permettent de rouvrir des frontières car seules les personnes testées négatives voyagent.

Une évolution pragmatique, mais que de temps perdu depuis cette idée lancée en avril. Si la réglementation internationale doit être amendée pour les vaccins Covid, il faut la préparer dès maintenant.

Les voyages ne sont pas essentiels mais…

Beaucoup pensent qu’en période épidémique, les voyages ne sont pas essentiels, voire dangereux pour la situation sanitaire. C’est vrai en l’absence de procédures fiables et sécurisées pour les populations, car le virus peut traverser les frontières avec les personnes.

Cependant, la fin de la pandémie risque d’être trop lointaine, et de nombreux secteurs sinistrés sont liés aux voyages : les compagnies aériennes, les constructeurs aéronautiques, les agences de voyages, les tour-opérateurs émetteurs et réceptifs, les prestataires de services touristiques, les loueurs de voitures et de bus, les sociétés d’évènementiels, les entreprises qui ont besoin d’envoyer des collaborateurs à l’étranger, les hôtels, campings, parcs, restaurants et bars, les monuments et musées, les commerces des aéroports et des villes touristiques, ainsi que tous leurs fournisseurs.

Il convient donc de favoriser la reprise des voyages, avec des formalités sûres et protectrices, pour sauver de nombreuses industries et faire vivre des millions de personnes. La reconnaissance des certificats de vaccinations mentionnant un vaccin contre le Coronavirus permettra d’économiser plusieurs mois de calvaire à ces secteurs.

La France doit se faire entendre sur la scène internationale pour officialiser le plus tôt possible l’harmonisation de ces formalités. Il est temps de prendre de l’avance sur ce virus.

logo rapidevisa © RapideVisa.fr